Aujourd'hui, je vous propose un nouvel extrait de la "course du soleil" (toujours sans spoil), un petit hommage à la Bretagne...

"Chaque soir, je descends du train, là où le RER termine sa course. Quand cinquante minutes de rail m'ont éloigné de l'université, il m’en reste encore vingt-cinq sur la route. Défile alors autour de moi le paysage désolé du Loiret. Des champs aussi tristes que morts partagent avec des villages déserts un arrêt dans le temps ; ici, l'histoire semble oubliée, les vieilles pierres des murs fragiles perdent leurs jointures, et enferment encore pour un moment les uns chez les uns et les autres chez les autres. Aucun horizon ne semble capable de faire renaître une culture perdue, et le ciel sans imagination est incapable d'enjoliver le tableau. La beauté de la Bretagne en toutes saisons ne me manque jamais autant que lorsque je roule m'enfermer à mon tour dans mon refuge."

Extrait de La course du soleil.